Overblog Suivre ce blog
Administration Créer mon blog
16 novembre 2006 4 16 /11 /novembre /2006 14:22

Un autre son de cloche à propos de Nicolas Hulot.

Si vous voulez tout savoir sans même vous l'être demandé sur ce personnage qui fait la une des journaux et rend les politiciens fous d'écologie... Allez sur ce lien, et lisez ce texte.

logo_la_decroissance

 

Repost 0
Published by Grenouille de Bénitier - dans politique
commenter cet article
15 novembre 2006 3 15 /11 /novembre /2006 12:14

manifeste pour l'interdiction de l'élevage intensif de poulets

La France freine l’Union

L'adoption d'une directive européenne pour la protection des poulets a été reportée sous l'influence du gouvernement français. Une délégation de la PMAF a été reçue le 23 octobre par M. Zunino, Représentant permanent de la France auprès de la Commission Européenne. Sans surprise, la France n’entend pas démordre de sa position suicidaire consistant à croire que la survie économique de la filière passe par une course éperdue à la baisse des coûts. Assurément, l'Europe ne pourra pas concurrencer les coûts de production du Brésil ou la Thaïlande sur le terrain de l'élevage standard… Ainsi, la seule voix durable consiste à développer et valoriser un élevage plus respectueux du bien-être animal. Ayant initié la démarche Label Rouge dès 1965, la France dispose dans ce domaine d’une belle longueur d’avance.

>> Montrez votre soutien à la proposition de Directive européenne pour la protection des poulets en adressant au Ministre de l’Agriculture notre e-carte postale

Repost 0
Published by Grenouille de Bénitier - dans politique
commenter cet article
11 novembre 2006 6 11 /11 /novembre /2006 13:58
Je suppose que vous faites partie des gens qui veulent sauver la planète et qui pour cela n'ont pas peur de soutenir Nicolas Hulot. Il suffit de cliquer ICI , vous tomberez sur son site qui s'appelle "le Pacte écologique" (je vous mets le lien deux fois pour être plus sûre que vous y alliez). Le but est que l'écologie soit le premier sujet de la campagne électorale. Ca mange pas de pain et ça nous changerait du flip sécuritaire de qui vous savez...
Repost 0
Published by Grenouille de Bénitier - dans politique
commenter cet article
5 novembre 2006 7 05 /11 /novembre /2006 10:45

Cet article trouvé sur le blog « psychanalyse et animaux » qui l’a elle-même trouvé sur le site du Point, dont voici l’adresse :
<http://www.lepoint.fr/sciences/document.html?did=180246>

"Elevages
Une catastrophe écologique
Catastrophe ! Le monde mange de plus en plus de viande. L'élevage industriel émet des fleuves de polluants, fait disparaître des millions d'hectares de biodiversité, abrite des virus mortels et, surtout, accélère dangereusement la fièvre terrestre.

Frédéric Lewino
Pour sauver la planète, mangeons moins de viande ! L'élevage industriel qui se développe, surtout en Asie, entraîne un coût écologique de plus en plus insupportable. Ce qui amène plusieurs institutions, dont la Fao, à pousser un cri d'alarme.
On oublie que, pour fabriquer un poulet, un boeuf ou un mouton, il faut dépenser beaucoup d'énergie en chauffage, nourriture, transport, découpe de la viande, chaîne du froid... D'où un rejet important de gaz à effet de serre. Auxquels il faut ajouter le méthane émis par les ruminants. Pour le compte de l'Ademe, l'expert Jean-Marc Jancovici a chiffré la part du régime carnivore dans la fièvre terrestre. Stupéfiant ! Le kilo de viande de veau équivaut à un trajet automobile de 220 kilomètres ! L'agneau de lait : 180 kilomètres ! Le boeuf : 70 kilomètres ! Le porc : 30 kilomètres ! Et encore Jancovici n'a-t-il pas comptabilisé les apports carbonés de l'emballage, du déplacement du consommateur et de la cuisson. A titre de comparaison, la production de 1 kilo de blé ou de pommes de terre équivaut tout juste à un créneau en voiture.
Pour ne rien arranger, le cheptel mondial augmente au moins aussi vite que le parc automobile. Selon le plus récent décompte de la FAO, la planète abrite désormais 17 milliards de poulets, 1,8 milliard de moutons et de chèvres, 1,4 milliard de bovins, 1 milliard de cochons et 1 milliard de canards. Auxquels il faut ajouter les nombreuses autres espèces consommées : dindes, chameaux, poissons, chiens... Le monde devient, en effet, de plus en plus carnivore. Depuis les années 50, la consommation mondiale de viande a quintuplé. Et même si elle stagne en Occident depuis une vingtaine d'années, elle s'envole dorénavant dans tous les pays émergents. Les Chinois et les Indiens ne se contentent plus de leur bol de riz ou de lentilles. Entre 1991 et 2002, les Chinois ont quadruplé leur régime carné et les Indiens l'ont doublé. Selon la Fao, en 2030, le tiers-monde consommera près des deux tiers de la viande mondiale. Il ne fait que suivre notre exemple avec un siècle de retard.
Mais les méfaits écologiques des élevages intensifs ne s'arrêtent pas à la fièvre planétaire. Le mal est plus profond. A commencer par l'artificialisation de la nature. Voilà longtemps que les animaux ne sont plus nourris avec de l'herbe ou des déchets. L'élevage industriel réclame des quantités astronomiques d'aliments qui monopolisent 29 % de la surface terrestre sous forme de pâturage et de cultures fourragères. Ainsi, le soja est cultivé à 90 % pour assurer l'alimentation animale. En quelques années, rien qu'au Brésil, en Argentine, au Paraguay et en Bolivie, cette culture s'est emparée de 40 millions d'hectares, surtout pour alimenter les bovins européens et chinois. Or les écologistes accusent cette extension de se faire le plus souvent au détriment de milieux naturels de grand intérêt, comme la savane arborée brésilienne, le Chaco argentin, la forêt chiquitana bolivienne. Depuis quelques années, c'est même la forêt amazonienne qui recule devant de nouvelles variétés de soja appréciant le climat tropical. En mangeant donc de la viande bien française, nous participons indirectement à la perte de la biodiversité amazonienne. Si encore cette nouvelle industrie enrichissait les petits paysans. Même pas. « Le boom du soja remplace les agriculteurs par des investisseurs financiers. Ils engrangent des bénéfices allant jusqu'à 50 % par an. Demain, ils s'en iront vers d'autres produits plus rentables, laissant derrière eux une catastrophe écologique et sociale », dénonce, dans La Revue durable, Marc Hufty, enseignant chercheur à l'Institut universitaire d'études du développement (IUED) de Genève. Par ailleurs, fabriquer de la viande avec du soja est un gâchis protéique, puisqu'il faut 18 kilos de protéines végétales pour fabriquer 1 kilo de boeuf ! La planète serait donc bien mieux nourrie avec un régime végétarien.
C'est aussi l'élevage qui explique le succès du maïs, ce boit-sans-soif qui vide les nappes phréatiques et rend exsangues les rivières, ce consommateur d'engrais et de pesticides qui pollue l'air, le sol et l'eau. La Bretagne, qui élève un cheptel faramineux de porcs et de volailles, en sait quelque chose. « Il faudrait produire moins de viande, mieux entretenir le territoire et gérer les cycles biologiques », dit Christian Mouchet, professeur d'économie rurale à l'Agrocampus de Rennes. Importation de soja, excédents de céréales. « Le résultat est une agriculture non durable qui puise dans les ressources naturelles de façon quasi minière, économiquement inefficace et créatrice de déséquilibres territoriaux », ajoute-t-il. Quelques éleveurs tentent de faire marche arrière.
C'est pourtant cette voie bretonne peu recommandable qu'empruntent les pays émergents asiatiques. Le rivage de la mer de Chine se couvre d'élevages industriels de porcs et de volailles. Mais il y a pire que cette pollution. Depuis quelques années, la Fao s'inquiète de la cohabitation des grands centres urbains avec ces élevages géants. Le mélange est détonant. Hier, en Europe, la maladie de la vache folle a fait craindre le pire. Aujourd'hui, c'est la grippe aviaire. Lorsqu'il mutera défavorablement, le H5N1 provoquera des millions de morts dans la population humaine. Lui ou un autre. Les virus et microbes pathogènes abrités par les animaux d'élevage sont légion. « En cultivant en grande quantité des protéines (poulets, moutons...) identiques, on crée une sorte de réacteur biologique. Si un virus est adapté à un des animaux, il sera aussi adapté à tous les autres. Et l'élevage sera décimé », explique François Renaud, directeur du laboratoire Génétique et évolution des maladies infectieuses (CNRS-IRD). Louise O. Fresco, sous-directrice générale de la FAO, complète : « La nature transfrontière de ces maladies et leur capacité potentielle à franchir les barrières des espèces et à toucher l'homme constituent des enjeux sérieux. » Et de se rassurer : « La science peut faciliter un développement de l'élevage durable, équitable et sans danger, en innovant dans une vaste palette de secteurs. » Certes, la science peut tout, mais l'homme reste un fou. Comptons sur lui pour ne pas renoncer facilement à son bifteck ou à son poulet aux champignons noirs. La santé de son estomac lui importe davantage que celle de la planète. A moins d'une épidémie faisant des millions de morts...

© le point 22/06/06 - N°1762 - Page 68 - 1006 mots. "


Qu’on se le dise…avant qu’il ne soit trop tard !

Repost 0
Published by Grenouille de Bénitier - dans politique
commenter cet article
28 octobre 2006 6 28 /10 /octobre /2006 13:56

Il y a en ce moment une pétition à signer sur le site de Greenpeace pour sauver les baleines.

 De quoi s'agit-il exactement ?

L'Islande, un des paradis européen pour l'observation des baleines, vient d'annoncer la reprise de la chasse commerciale à la Baleine enfreignant le moratoire mis en place voilà maintenant 20 ans.
C'est inacceptable!
Le gouvernement français a condamné la décision islandaise et indique vouloir utiliser la diplomatie pour faire entendre raison au gouvernement islandais. Greenpeace lance une mission diplomatique citoyenne envers la représentation de l'Islande en France : Demandez la révocation immédiate de cette décision en manifestant votre indignation auprès de l'Ambassadeur Islandais !

Repost 0
Published by Grenouille de Bénitier - dans politique
commenter cet article
15 octobre 2006 7 15 /10 /octobre /2006 11:33

Je viens de lire un article sur ce blog : ecolo du jour où j'apprends qu'on utilise les manuels scolaires pour bourrer le mou à nos enfants sur les OGM.

Il y est demandé d'écrire à l'éditeur et à l'éducation nationale pour protester. Je vous conseille fortement d'aller y voir si vous êtes opposés aux OGM, et même si vous êtes pour. Car ces manuels scolaires propagent des informations tronquées. Ce qui est très grave, vous en conviendrez...

Repost 0
Published by Grenouille de Bénitier - dans politique
commenter cet article
5 octobre 2006 4 05 /10 /octobre /2006 16:34
Communiqué de presse

Le ministère de la Recherche préfère les méthodes obsolètes

Paris, 5 octobre 2006 - Lors d'un entretien au ministère de la Recherche
accordé à Muriel Arnal, présidente de One Voice, et à Claude Reiss,
président d'Antidote Europe, Monsieur Bernard Andrieux, de la direction
générale de la Recherche et de l'Innovation, a réitéré son attachement à
l'expérimentation animale et, bien qu'il ait reconnu l'intérêt de méthodes
modernes, n'a manifesté aucune volonté de promouvoir ces dernières.

Monsieur Andrieux a déclaré envisager la participation du Ministère à
l'organisation d'une conférence sur l'expérimentation animale, avec, entre
autres, le soutien d'un important fournisseur d'animaux de laboratoire.
Pourtant, la pertinence de cette pratique datant de l'Antiquité n'a jamais
été démontrée ; bien au contraire, Antidote Europe a présenté la preuve
qu'aucune espèce animale n'est un modèle biologique fiable pour une autre.
Cette preuve découle des connaissances acquises dans la seconde moitié du
XXe siècle et de nombreux scientifiques font aujourd'hui ce constat, dont
le prestigieux British Medical Journal qui titrait l'un de ses articles en
2004 : "Où sont les preuves que la recherche sur les animaux profite aux
humains ?"

Or, dans tous les domaines de la recherche biomédicale, les chercheurs
disposent de techniques puissantes et précises pour étudier la physiologie
et les pathologies humaines, techniques dont le nombre et la qualité ne
cessent d'augmenter. Dans le domaine de la toxicologie, d'actualité en
raison de l'aboutissement prochain du projet REACH*, les tests effectués
sur des animaux ont été qualifiés de "mauvaise science" par un responsable
scientifique de la Commission européenne, laquelle vient de créer un
département de toxicogénomique, méthode prometteuse, déjà utilisée aux
Etats-Unis et présentée aux autorités européennes précisément par One
Voice et Antidote Europe.

Alors que la France pourrait être le leader européen dans ce domaine et
tout en reconnaissant la valeur de cette technique qui fournit des
résultats fiables à bien moindre coût et plus rapidement que les tests sur
des animaux, Monsieur Andrieux a déclaré qu'il n'envisageait pas d'oeuvrer
en faveur de cette méthode. Ce manque d'ambition française est
incompréhensible, à l'heure où un amendement prévoyant le recours à la
toxicogénomique vient d'être réintroduit dans le projet REACH. Elle prive
la France d'une opportunité que le Sénat belge entend saisir avec sa
récente proposition de résolution "de réaliser une étude de faisabilité en
vue de la création d'un Centre belge de toxicogénomique."

Alors que 300.000 nouveaux cas de cancer sont diagnostiqués chaque année
en France, alors que la prévalence de maladies neurologiques, de troubles
endocriniens et autres maladies liées à la pollution environnementale ne
cesse d'augmenter et que les victimes sont de plus en plus jeunes, alors
qu'il existe des méthodes fiables pour évaluer la toxicité des plus de
100.000 substances chimiques actuellement utilisées et, ainsi, proposer
des mesures de prévention efficaces, les autorités françaises tournent le
dos aux méthodes de pointe et continuent à permettre que des millions
d'animaux cobayes soient sacrifiés sans aucun bénéfice prouvé pour les
humains.

Antidote Europe est une association créée par des chercheurs issus du
CNRS, oeuvrant pour une meilleure prévention en santé humaine.

One Voice est une association de défense animale et de l'environnement.

* Le projet REACH, lancé par la Commission européenne et actuellement en
cours de vote au Parlement européen, a pour but l'enRegistrement,
l'Evaluation et l'Autorisation des substances CHimiques.

Contact Antidote Europe : 01 45 77 48 15 ; http://www.antidote-europe.org
; mailto:info@antidote-europe.org

Contact One Voice : 02 51 83 18 19 ; http://www.onevoice-ear.org :
mailto:info@onevoice-ear.org
 
Vous pouvez aller aussi ICI , vous y trouverez entre autres un lien sur un site qui montre ce que les laboratoires font subir aux animaux complètement gratuitement : ils leur injectent des pesticides, comme si on ne savait pas déjà que les pesticides sont du poisons pour les agriculteurs, mais également pour les consommateurs.
Repost 0
Published by Grenouille de Bénitier - dans politique
commenter cet article
27 septembre 2006 3 27 /09 /septembre /2006 00:43

http://blpwebzine.blogs.com/politicshow/2006/09/emission_spcial.html

Je vous donne l'adresse de ce blog, car il y a un débat très intéressant en vidéo sur l'écologie politique. Y étaient réunis, entre autres, Dominique Voynet, Corinne Lepage, Nicolas Hulot et quelques autres, moins connus mais très percutants. Il va peut-être enfin se passer quelque chose dans le mouvement écolo : ils parlent de s'unir... A suivre !

Repost 0
Published by Grenouille de Bénitier - dans politique
commenter cet article
22 septembre 2006 5 22 /09 /septembre /2006 13:56

"Il vole une pomme : six mois de prison !

Un jeune vagabond affamé, Saït, a été condamné jeudi 14 septembre 2006 par le tribunal correctionnel de Lyon à six mois de prison (deux mois ferme, quatre mois de sursis avec mise à l'épreuve) pour avoir volé une pomme - une seule - à l'étalage d'une épicerie du deuxième arrondissement.

"On entend sans arrêt que l'institution judiciaire est submergée et n'arrive pas à faire son travail, mais elle consacre une heure d'audience à un voleur de pomme !" s'étonne Yves Alègre, journaliste au Progrès qui a révélé l'affaire (édition du 15 septembre) après avoir assisté avec effarement à la condamnation démesurée de Saït. Une condamnation en totale contradiction avec la jurisprudence sur l'état de nécessité, qui date du XIXè siècle : en 1899, le juge Magnaud avait refusé d'emprisonner une mère de famille ayant chipé un morceau de pain pour nourrir ses enfants.

Autre temps, autres moeurs. Le président du tribunal est aujourd'hui un ancien gendarme, aiguillonné par un jeune loup zélé : le procureur Girard, qui a requis au départ carrément six mois ferme ! "C'était assez surréaliste, raconte Yves Alègre. Il n'y avait même pas d'avocat commis d'office. Le garçon est arrivé encadré par des policiers, menotté. Les magistrats ont essayé de justifier la lourdeur de la peine en insistant sur le fait qu'il avait giflé l'épicier. Saït a eu beau expliquer qu'il avait reçu de son côté plusieurs coups, rien n'y a fait. Tout cela s'est déroulé en comparution immédiate, j'aimerais bien savoir combien cela a coûté..."

La procédure exceptionnelle de comparution immédiate est en effet extrêmement lourde et onéreuse : garde à vue, procédure judiciaire d'urgence, transfèrement au palais de justice, plus l''audience, qui mobilise un greffier, un huissier, un policier, trois juges, un procureur... "on peut estimer la dépense à 4000, 5000 euros", indique un magistrat lyonnais. Cela fait cher la pomme.

Emmanuelle Veil."

Lu dans le dernier Charlie Hebdo.

Et dire que Sarkozy se plaint du laxisme des magistrats !

Repost 0
Published by Grenouille de Bénitier - dans politique
commenter cet article
7 septembre 2006 4 07 /09 /septembre /2006 09:47

L'article d'hier à propos de la loi interdisant la publication de recettes traditionnelles pour le jardin n'est malheureusement pas une farce. J'ai eu d'autres nouvelles atterrantes. L'heure est grave pour nos libertés individuelles.

je vous transmets cette lettre de Bernard Bertrand (co auteur de "purin
d'orties et Cie") écrite suite à l'intervention de la répression des
fraudes chez un conférencier et producteur de purins végétaux et autres
produits à base de plantes pour soigner des plantes.


"La nouvelle avait perturbé les ondes.
Un chroniqueur horticole courageux s'insurgeait, sur France Inter, de
la parution imminente d'un décret (prenant effet en date du 01 juillet
2006), qui l'empêcherait dorénavant de donner à ses auditeurs des recettes
leur permettant de traiter naturellement leurs jardins et balcons.
Interdit de dire que l'eau chaude est un bon désherbant pour les
allées. Interdit de dire que de simples feuilles de fougère éloignent les
chenilles des choux. Interdit de donner la recette séculaire d'un extrait d'ortie, appelé
purin !
L'information paraissait si énorme que personne n'y a cru !
L'interdiction de fournir, par quelque moyen que ce soit, les recettes
pour confectionner des produits naturels non-homologués, le simple fait
d'en parler, avait beau être assortie d'une peine 2 ans de prison et 75000
euros d'amende, elle faisait sourire !

Et pourtant l'action menée vendredi dernier conjointement par les
services de l'Inspection Nationale des Enquêtes de Concurrence, de Consommation
et de Répression des Fraudes et le Service Régional de la Protection des
Végétaux de l'Ain chez un promoteur de techniques agricoles alternatives marque
un tournant nouveau dans ce que l'on appelle désormais la guerre de
l'ortie !
L'intervention des services de l'état s'est conclue par la saisie de
cours théoriques (quid de la liberté d'expression et d'enseignement ?), la
profération de menaces non dissimulées et l'interdictions de
pratiques aussi diverses et incongrues que celles d'aller récolter avec les stagiaires
des plantes sauvages dans la nature !

Qu'on se le dise, il est donc bien désormais interdit de faire référence
et de transmettre des savoirs et traditions populaires séculaires qui
sont pourtant un inaliénable bien commun !
Voilà pourquoi l'Association des Amis de l'ortie souhaite interpeller
les pouvoirs publics et sollicite pour cela le soutien des médias
concerné par une telle confiscation de nos libertés fondamentales.
Comment un décret pourrait-il amputer les citoyens d'un pays de leur
mémoire collective ?
En vertu de quel principe un décret prive-t-il le citoyen de ses
droits démocratiques les plus élémentaires, à savoir celui d'expression,
gravement menacé ici, mais aussi celui du choix de cultiver son jardin comme il
l'entend ?
C'est Voltaire qui doit se retourner dans sa tombe !

Qui a pu initier une telle ineptie législative qui prétend confisquer le savoir des anciens et prône l'inquisition contre les techniques alternatives et naturelles de production, qui jusqu'à preuve du contraire ne sont que bénéfique pour la santé publique ?
Voilà quelques-unes des interrogations soulevées par l'intervention
des pouvoirs publics jeudi dernier, qui a n'en pas douter sera la première
d'une longue série, si une mobilisation rapide ne vient pas mettre un frein
à cette nouvelle vague répressive.
Bernard Bertrand, porte parole de l'association des Amis de l'ortie.
Contact : bernard@terran.fr ou 06 33 11 02 08
Dominique Jeannot, président de l'association des Amis de l'Ortie

Pour plus d'informations, cliquez ICI.

Repost 0
Published by Grenouille de Bénitier - dans politique
commenter cet article

Ecce Fama

  • : Source de la Vie
  • Source de la Vie
  • : Veux-tu passer de l'autre côté du miroir? Avec mes deux psychopompes, je veille sur la Source de Vie. Les devas du lieu m'inspirent des diatribes acérées contre les forces brutes de l'Âge de Fer.
  • Contact

La Source de la Vie

Trouve !

mes blablas

Nostalgie

Bric À Brac