Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juin 2011 1 27 /06 /juin /2011 17:07

J'en peux plus...J'en ai marre des hommes blancs de plus de cinquante ans qui nous gouvernent...Je craque ! J'en ai marre que les seules femmes qui ont un tant soit peu de pouvoir soient toutes des Margareth Thatcher en herbe ! Je ne peux plus les supporter...Ils mentent de plus en plus éhontément.

J'ai pris l'habitude d'écouter les informations presque tous les matins sur France Inter et depuis plus d'une semaine, tous les matins, j'entends que des gens de Bordeaux sont toujours hospitalisés pour avoir mangé "des graines germées dans un potage". Ca finit toujours par un conseil : si vous avez des graines germées chez vous, ramenez-les là où vous les avez achetées...Le dernier en date, c'est "faites les cuire !". N'importe quoi !

Je remarque seulement qu'on ne fait pas tant d'histoires quand il s'agit de steack hachés...Ca fait la une des journaux un jour, deux, voire trois, et puis c'est fini. Pour les graines germées, ça n'en finit pas. Et sur un postulat qui prétend qu'elles sont un foyer d'infestation de bactéries intestinales...humidité...chaleur.

Comment nos experts en tout et rien expliquent qu'une bactérie intestinale puisse se trouver dans des végétaux ? Par le fumier !

Une telle ignorance, une telle bêtise, une telle absurdité et une telle persévérance dans l'erreur me laisse pantoise.

Tout le monde, ou presque, a fait un jour, ne serait-ce qu'à l'école primaire, l'expérience de faire germer une graine quelconque (de haricot de préférence, parce que ça pousse plus vite). Qui a eu l'idée d'y mettre du fumier dessus ???

La culture de graines germées est une culture hors-sol. La plupart des gens les font germer chez eux dans un germoir, dans un simple bocal, en verre, voire en plastique. Il suffit de chaleur et d'humidité et la graine germe toute seule...et on la mange tout de suite ! A quoi pourrait bien servir le "fumier", si ce n'est à salir la plante qu'il faudrait ensuite nettoyer à grandes eaux. C'est juste un non-sens.

 

Mais le pire, c'est que cette idée ne germe pas seulement dans les cerveaux malades de journalistes parisiens qui ne connaissent rien à la "nature", mais on peut lire sur Internet ce mensonge colporté de forum en forum.

 

Du coup, mon producteur préféré de graines germées a décidé de prendre deux mois de vacances...Son chiffre d'affaire (qui marchait de mieux en mieux) a baissé de 50% en 15 jours. Les personnes qui lui en achetaient toutes les semaines, passent devant son étal, sans même daigné le saluer. Elles passent en regardant ailleurs... Des personnes avec lesquelles il entretenait d'excellentes relations (c'est pas un commerçant, c'est un mystique...). Il préfère attendre que les choses se tassent plutôt que de mettre la clé sous la porte.

Evidemment, ce genre de "marginaux" n'intéresse pas le Pôle emploi et n'a pas d'influence sur le taux de chomage.

Et moi, je vais être obligée de faire pousser mes graines toute seule...


Et ça continue avec la culture bio ! "Le bio tue parce qu'on met du fumier sur les cultures de légumes". Conclusion : mieux vaut manger des légumes poussés à l'engrais chimique et aux pesticides.

A qui profite le crime ?

Quand j'étais gamine, nous allions passer des vacances dans une maison louée dans un petit hameau auvergnat au pied d'un gour (lac de volcan). C'était une ancienne maison de notaire achetée par les fermiers qui habitaient juste à côté. Tous les soirs, nous allions chercher le lait à la ferme, dans l'étable toute noire et pleine de toiles d'araignée où l'on conduisait les vaches toutes crottées pour les traire et y passer la nuit, car elles passaient leurs journées dans les champs. Mon grand délice, c'était le verre de lait "bourru", tout chaud sortant du pis de la vache. Malgré le peu d'hygiène, je ne suis jamais tombée malade, ni personne. Les gamins des fermiers étaient particulièrement vifs et dégourdis et en excellente santé, même si leur toilette consistait à passer un gant sur la figure le dimanche avant d'aller à la messe.

Et devant la maison d'habitation trônait le tas de fumier, la fosse à purin, qui dégageait une odeur...exotique, surtout pour une gamine de 10 ans qui avait passé sa vie à Paris et Sarcelles Lochères.

C'était dans les années 60. Le bio existait déjà, certes, mais en très petit comité. Les paysans (on les appelait encore comme ça, à l'époque) du fin fond de la France profonde ne connaissaient pas le "bio", ils commençaient tout juste à s'acheter des tracteurs, des moissonneuses-batteuses et aussi à éradiquer les haies qui retenaient l'eau en cas d'inondation, sous l'égide du Crédit Agricole. Mais les habitudes ancestrales, le fumier, étaient toujours  d'actualité. Un chou est un chou, et fallait pas perdre tout ce bon engrais...gratuit ! Evidemment, à cette époque, si des gens mourraient d'avoir mangé des légumes ou autre chose, on s'en foutait un peu... C'était l'époque où on admirait les essais nucléaires à quelques kilomètres, sans protection. En tout cas, ça faisait pas la une des journaux. Pas plus d'ailleurs que les bagarres devant les écoles, même s'il y avait un mort...mais ceci est une autre histoire !

Dans les années 70, je lisais la Gueule Ouverte, et j'ai fait un stage chez un agriculteur et éleveur de vaches à lait et de cochons (bien qu'il fut lui-même végétarien) biodynamique, d'origine italienne et catholique pratiquant...Il n'utilisait absolument pas de fumier, mais du compost. Ce qui n'est pas du tout la même chose. Le compost est une terre végétale, savamment fabriquée avec des résidus végétaux où poussent les champignons. Il se trouve justement que les agriculteurs (les chefs d'entreprise, comme on dit maintenant) "traditionnels" comme on dit aussi maintenant, alors que la soi-disant tradition n'existe que depuis un peu plus d'1/2 siècle, c'est-à-dire en terme moins courtois mais plus près de la vérité, qui pratiquent l'agriculture intensive (à base de produits "phyto-sanitaires" parce que ça sonne mieux que tous les mots en "icide", qui veut dire que ça tue)...Les agriculteurs qui utilisent les déjections animales sont justement ceux qui font de la culture intensive. Ils épandent dans leurs champs les déjections azotées des élevages intensifs (entre autres pour la culture du tabac...). Mais évidemment, pour le savoir, faut aller s'informer ailleurs que dans les médias payés par les pubs des multinationales (c'est-à-dire pratiquement tous). Et même sur Internet, c'est pas évident...

Et encore s'il n'y avait que ça...Je pourrais aussi vous parler du nucléaire, le truc auquel on nous somme de "croire" parce que nous, on est les plus forts (et s'il n'en reste qu'un, nous serons celui-là), du pétrole (j'ai regardé hier soir le documentaire sur Arte 'Carbonisés") et encore de tas d'autres choses, mais trop, c'est trop !!! En plus, ça sert à rien de s'énerver...Mais regarder le troupeau en train de paître paisiblement, en train de parler de l'avenir, du futur, tout en continuant "comme si de rien n'était", c'est plus que déprimant...pour moi.

J'ai juste une envie : quitter ce pays de merdre ! J'hésite entre la Tunisie et l'Egypte. Tous ces pays où les Français adorent aller passer leurs vacances, à condition que leur gouvernement soit dictatorial...mais qu'ils désertent dès que leur "sécurité" de coqs en pâte est menacée.

Ne comptez quand même pas sur moi pour vous parler de 2012 et de la fin du monde...Elle arrivera bien assez tôt, mais il me paraît inéluctable qu'elle arrive un jour ou l'autre (vous remarquerez que je n'ai pas utilisé le futur, j'aurais pu écrire "qu'elle arrivera un jour". C'eût été français aussi, enfin je crois...).

Je ne vous mets même pas une photo. On s'en fout des photos. Et je suis trop énervée !

P1360111.JPGEt pis finalement, si, j'en mets une. L'orchestre du Titanic 2012 ?

Partager cet article

Repost 0
Published by Guern' de Bé - dans politique
commenter cet article

commentaires

willow 18/07/2011 17:54



comme le Titanic, on coule ........on touche le fond, et on creuse encore ......



Guern' de Bé 29/07/2011 14:57



On n'a pas encore touché le fond...



Reynald 08/07/2011 10:34



Ce n'est pas l'usage du fumier qui pose problème, mais de quoi il provient et comment il est préparé.
Avec des toilettes sèches, j'ai eu à me pencher sur la chose (heu non, en effet, pas trop tout de même...).
Le taux et la virulence des bactéries est directement en lisaison avec l'état de santé du producteur du dit fumier (animal ou homme dans le cas des toilettes sèches).
On tue ces bactéries par une digestion du fumier (qui se traduit par une élévation de sa température). Il faut au minimum 6 mois pour tuer les germes pathogènes "ordinaires".
Dans le cas de bêtes malades, il faut d'autant plus reconsidérer ce délai que les bactéries ont été traitées (en même temps que les bêtes) avec des antibiotiques. Elle sont donc plus résistantes.
Le fumier de ces bêtes devrait soit être séparé et détruit, soit faire l'objet d'un compostage particulier et plus long.
Dans mon enfance, les fermes avaient le tas de fumier en 2 parties. En alternance, une où l'on charge le fumier, et l'autre ou on le prend. Le paysan avait ainsi l'assurance d'avoir un fumier de
plus de un an de compostage.
Et, chose importante, il y avait de la paille pour équilibrer ce fumier. Tout l'art de payson consistant à la fois à y incorporer assez de paille pour faire un bon fumier, et ne pas
gaspiller.
Les lisiers n'étaient utilisés que pour les prés et répandus hors des périodes de pâture.
Mais puisque tout ça est maintenant obsolète par les nouvelles méthodes de management agricole.......
Les vaches ont peut-être aussi la nostalgie de la claque sur le cul du fermier qui lui disait allez, pousse-toi Pâquerette que je puisse te traire. Et que ça les rend malades......
Il y a dans la vie des fondamentaux dont il faut peut-être mieux évaluer la pertinence avant de les jeter et par la suite, trouver des excuses foireuses pour expliquer qu'il y a eu des morts.
La vache folle n'a pas suffit, il faut croire....
Reynald



Guern' de Bé 10/07/2011 16:54



Le fumier d'avant les années 50 n'était pas le lisier des élevages en batterie, c'est sûr. Mais la plupart des gens ne savent pas ce qu'est le fumier, ni même le compost. Ils ne savent même pas
que les tomates et les courgettes ne sont pas de saison en hiver ! Tout a été fait pour les couper de la nature, on les a mis dans des boîtes confortables, avec canapé et télé et autres gadgets,
on leur a vendu d'autres boîtes pour qu'ils puissent se déplacer et aller au supermarché s'acheter tout et n'importe quoi, surtout n'importe quoi. Bientôt, ils ne sauront plus faire cuire un
oeuf, et leurs repas leur seront servis directement chez eux par un système de passe-plat qu'ils payeront avec leur carte bancaire (lire Philip K. Dick). Et ceux qui n'auront pas de carte
n'auront plus qu'à crever. Avec leur histoire de bactéries, bientôt nous n'aurons plus le droit de faire la cuisine (c'est d'ailleurs plus ou moins prévu par le Codex alimentarius, faudrait faire
un article là-dessus).


J'ai toujours vu des tas de fumiers avec de la paille...d'ailleurs, Bourguignon en parle dans la vidéo que tu n'as pas eu le temps de regarder.



Hécate 03/07/2011 18:32



le pyrètre ,ça oui je connais ....


               en définitive ,le bio c'est quoi ? D'un coup je sens que mon cerveau s'y perd ,et pourtant mon père
dans son jardin faisait du bio ,c'est loin tout ça ... 



Guern' de Bé 04/07/2011 07:30



Avant les années 50, tout le monde faisait du bio sans le savoir...En fait, le bio, c'est toute une longue histoire. Mais en écoutant Claude Bourguignon, tu en sauras plus !



Françoise Blanc Dupasquier 03/07/2011 18:32



Aïe la Tunisie ou l'Egypte… mais je crois qu'il y a eu des révoltes non seulement à cause des dictatures mais déjà parce que les gens crèvent la dalle (à cause des prix de la nourriture de base)…
"t'y bouffe t'y bouffe pas, t'y crève quand même"


c'est quoi les décroissants? un truc à la Fernand Reynaud?



Guern' de Bé 04/07/2011 07:28



En 1789 aussi...mais aujourd'hui, la situation est encore pire car il y a OMC, OMS, les multinationales, etc. qui ont pris le pouvoir sur tout ce qui est alimentaire (les semences brevetées, les
lois liberticides qui imposent des OGM partout dans le monde, un programme du Codex alimentarius qui fait froid dans le dos : faut que j'écrive un article à ce sujet).


Les décroissants, c'est moins marrant que les croissants, sketch absolument génial et qui me fait toujours pisser de rire, mais quelle angoisse ! Les décroissants ne sont pas absurdes : ils
veulent juste qu'on arrête de piller la terre.



Hécate 30/06/2011 18:54



oui ,mais comment un produit peut-il être bio et chimique ?...



Guern' de Bé 03/07/2011 13:07



Tout est chimique, ou du moins a une formule chimique : H²o ? C'est de l'eau...enfin, je crois me souvenir ! Le bio utilise aussi des produits chimiques, mais pas les mêmes. Comme le pyrètre par
exemple, qui est une plante insecticide naturellement mais qui doit aussi avoir sa formule chimique !



Ecce Fama

  • : Source de la Vie
  • Source de la Vie
  • : Veux-tu passer de l'autre côté du miroir? Avec mes deux psychopompes, je veille sur la Source de Vie. Les devas du lieu m'inspirent des diatribes acérées contre les forces brutes de l'Âge de Fer.
  • Contact

La Source de la Vie

Trouve !

mes blablas

Nostalgie

Bric À Brac