Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
30 octobre 2010 6 30 /10 /octobre /2010 00:00

Vous n'avez visiblement rien compris à mon précédent article

Dès qu'on essaye de parler de "réalité", y'a plus personne...

  J'ai le sentiment d'être en pleine "réalité" en ce moment, et c'est triste. Que dis-je ? triste ? C'est bien pire que ça. C'est inconcevable et pourtant ça a été conçu par des humains...

 "Un éternel Treblinka" de Charles Patterson. C'est éprouvant mais très intéressant et instructif. 


Extrait :

"Nous avons montré comment la domestication, donc l'asservissement des animaux, fut le modèle et l'inspiration de l'asservissement humain, comment la reproduction des animaux domestiques a conduit à des mesures eugénistes telle que la stérilisation forcée, les meurtres sous couvert d'euthanasie et le génocide, comment l'abattage industrialisé des bovins, des cochons, des ovins et autres animaux a tracé la voie, du moins indirectement, vers la solution finale.

Tout au long de l'histoire de notre accès à la domination en tant que maître des espèces, la persécution des animaux a servi de modèle et de fondation à la persécution de l'homme par l'homme. L'étude de l'histoire humaine révèle ce schéma : d'abord, les êtres humains exploitent et massacrent des animaux, puis ils traitent les autres humains comme des animaux et leur font subir le même sort.

Il est significatif que les nazis aient traité leurs victimes comme des animaux avant de les assassiner. Comme l'écrit Boria Sax, beaucoup de pratiques nazies avaient été conçues pour qu'en tuant des gens, on ait l'impression de tuer des animaux. "Les nazis contraignaient ceux qu'ils étaient sur le point d'assassiner à se déshabiller complètement et à se regrouper, ce qui est un comportement anormal pour des humains. La nudité suggère une identité animale ; quand on la combine avec une foule, on pense à un troupeau de vaches ou de moutons. Ce genre de déshumanisation permettait aux bourreaux d'abattre ou de gazer plus facilement les victimes."

Au cours du XXe siècle, deux des nations industrialisées les plus modernes du monde - les Etats-Unis et l'Allemagne - ont massacré des millions d'êtres humains et des milliards d'autres êtres vivants*. Chaque pays a apporté sa propre contribution unique au carnage du XXe siècle : l'Amérique a donné les abattoirs au monde moderne, l'Allemagne nazie lui a donné les chambres à gaz.

Si les deux massacres du XXe siècle dont il est question ici diffèrent tant par l'identité des victimes que par les buts des massacres, elles ont de nombreux points communs."

* Judy Chicago trouve quelque chose de très moderne à la Shoah. "L'esprit médical, la méthode scientifique, la technologie, la Révolution industrielle, le travail à la chaîne, l'idée de conquête - la conquête de l'espace, des terres étrangères, du cancer -, ces réalités ont modelé le monde dans lequel nous vivons, et c'est ce monde qui a produit la Shoah." D'après elle, le massacre industrialisé mis en oeuvre par l'Allemagne nazie envers les Juifs est comme une excroissance de la société industrielle moderne. "Les nazis avaient astucieusement appliqué à la solution finale les techniques du travail à la chaîne de la Révolution industrielle ; tout était conçu avec une efficacité maximale, mais entièrement déshumanisée."


Et c'est pas fini. Un autre extrait :

"Comme le dit un employé d'un abattoir : "Ils ne ralentissent la chaîne pour rien ni personne."

Les inspecteurs de l'USDA ont vite appris les dangers de leur métier. {...}, "les inspecteurs qui ont tenté d'arrêter une chaîne ont été réprimandés, réaffectés, agressés physiquement par les employés de l'entreprise puis punis pour avoir entraîné des violences, moins bien notés, mis en examen, renvoyés ou soumis à d'autres formes de représailles destinées à les "neutraliser".

Les ouvriers sont constamment sous pression pour que la chaîne continue d'avancer à plein régime. "Tant que la chaîne avance, dit un ouvrier, ils se foutent de ce que vous devrez faire pour y faire entrer le cochon. Il faut suspendre une bête à chaque crochet si vous ne voulez pas que le contremaître vous botte le cul". Tout ouvrier qui provoque la plus petite interruption dans le flot d'animaux court le risque de se faire licencier. "Tous les convoyeurs utilisent des tuyaux pour tuer les cochons qui ne veulent pas aller vers les rampes. Si un cochon refuse de passer et qu'il arrête la production, vous le battez à mort. Ensuite, vous le mettez de côté pour l'accrocher plus tard."

 

Et ainsi de suite...

 

Après ça, l'émission "là-bas si j'y suis" de Daniel Mermet, et particulièrement l'extrait où une infirmière témoigne sur ce qu'on est en train de faire dans les hôpitaux...

Vous ne voulez pas savoir ?

A quelle sauce vous serez mangé-e-s ?

Non, il n'y a pas de complot...seulement l'avenir qu'on nous prépare, pas seulement celui de Sarkozy qui n'en est que le serviteur particulièrement zélé, mais les marchés financiers, les multinationales, et autres officines "scientifiques", n'est pas très exaltant, c'est le moins que l'on puisse dire... A côté, "le meilleur des mondes" de Huxley, c'est le paradis. 


Partager cet article

Repost 0
Published by Guern' de Bé - dans politique
commenter cet article

commentaires

sandrin 31/10/2010 20:49



bien sur bien sur.


ce que tu dis est juste. et ces camps de concentration pour les bêtes ! Et le reste. le monde est dingue. mais qui veut voir et savoir ?



Guern' de Bé 01/11/2010 10:55



Ce n'est pas moi qui le dis...ce sont des extraits du livre. Mais je cautionne bien sûr.


Si personne ne veut voir et savoir, on est foutu...parce que ces façons de faire ne sont pas naturelles et viables, c'est bien pour cette raison que ça nous revient à la figure avec tous les
cancers, les maladies, les virus, etc. qui nous tueront et nous l'aurons bien mérité !



fazou 31/10/2010 10:29



Tu verras, quand tu seras très avancée spirituellement, tu feras comme certains sages indiens, tu respecteras toute vie, et même la vie des cailloux :-) Mais il faudra bien que tu manges de temps
en temps…



Guern' de Bé 31/10/2010 10:54



Je respecte déjà la vie des cailloux ! Par contre, je n'ai pas trop d'état d'âme par rapport aux salades...quitte à les manger fâner s'il le faut (mais là, j'ai un gros doute pour le moment). La
vie végétale est plus forte que nous : n'as-tu jamais vu des herbes pousser dans du goudron ? Les racines des arbres éclater le bitume ? Et à Tchernobyl, depuis que l'Homme y est parti, la
végétation y est luxuriante...



josée 30/10/2010 17:04



Effectivement, très éprouvant, je bloque....C'est insupportable Je n'aime pas vraiment les êtres humains.........



Guern' de Bé 31/10/2010 08:36



Moi non plus...heureusement, il y a quelques exceptions à la règle !



jo 30/10/2010 16:10



tu tplaignais de quoi, alors? c''est qq chose de l'article sur la lumiere?


t'avais trop bu de cafeine?



Guern' de Bé 31/10/2010 08:36



Je ne me plaignais pas...c'était juste un peu décousu...



jo 30/10/2010 16:09



moi,j'en  mange pas, des animaux car on sait que nous en sommes et qu'ils souffrent;


en fait, j'ai le livre mais ne peux pas depasser les 1° pages. ça me fait trop mal...



Guern' de Bé 31/10/2010 08:39



Ca ne m'étonne pas et pourtant ça m'étonne quand même un peu étant donné tout ce que tu supportes par ailleurs...Il me semble que tu devrais apprécier le dernier chapitre : Echos de la Shoah. Tu
devrais t'y reconnaître : lis-le ! (c'est un ordre )



Ecce Fama

  • : Source de la Vie
  • Source de la Vie
  • : Veux-tu passer de l'autre côté du miroir? Avec mes deux psychopompes, je veille sur la Source de Vie. Les devas du lieu m'inspirent des diatribes acérées contre les forces brutes de l'Âge de Fer.
  • Contact

La Source de la Vie

Trouve !

mes blablas

Nostalgie

Bric À Brac